off

Homélie – Paroisse en fête

event-evangelisation

Paroisse en Fête

Départ des pères Hervé, Claver et Bertrand

Luc 1,57….80

Levallois, vendredi 24 juin 19h

La fête de St Jean-Baptiste est un bon jour rendre grâce après 7 ans !
De plus, aujourd’hui c’est l’anniversaire des 24 ans de l’Institut du Chemin Neuf ! L’ordre religieux auquel j’appartiens et qui est sous le patronage de Jean-Baptiste.

Si j’ai passé 7 ans ici c’est parce que le Seigneur m’y attendait, j’y ai reçu des signes avant de venir, et aujourd’hui, je comprends mieux pourquoi il m’a envoyé dans ce lieu, où j’ai tant reçu de Lui et de chacun de vous ici présent.

Aujourd’hui en cette fête de Jean-Baptiste, j’ai envie de vous parler de Jean-Baptiste de ses qualités, et plus particulièrement de 2 qui me rejoignent : la joie et la prière.

I. LA JOIE

Ce qu’on sait de Jean-Baptiste lorsqu’il est encore dans le sein de sa mère, c’est qu’à la présence de Jésus, dans le sein de Marie lors de la Visitation à Elisabeth, il tressaille de joie. Ce qui caractérise en 1er Jean-Baptiste, c’est la joie. Il est l’homme de la joie. Parce qu’il est le 1er à reconnaître la présence de Jésus, et bien sûr le reconnaissant il est tout habité par la joie.
Car la joie, la vraie joie – bien différentes des plaisirs que nous nous procurons – nous vient de Dieu, de Dieu seul.

Aujourd’hui j’ai envie de vous partager 3 joies reçues de Dieu

  1. Ma joie d’être prêtre à cause de Lui et de servir son Eglise, parce qu’un jour à 28 ans, le 6 décembre 1988 à 17h Il m’a visité, Il m’a appelé à le suivre dans le sacerdoce !
  2. Ma joie de voir Dieu à l’œuvre aujourd’hui et tout particulièrement dans cette paroisse et je pourrai vous citer bien des lieux, des moments.
    Un moment de joie toute simple, à la sortie de la messe. Beaucoup de mains à serrer, quel faire ? Est-ce utile ? C’est un moment de gratuité, de rencontre de visitation, de relation où Dieu est présent. Moment pour croiser des regards et dans ces regards, on comprend beaucoup de choses. Il y a souvent de la joie qui passe, et aussi parfois de la souffrance soit que l’on devine en se regardant, soit qui m’est confié. La joie n’est pas l’absence de souffrance mais la présence de Dieu qui vient se rendre proche et tout particulièrement de ceux qui souffrent.
    Une femme qui devait vivre bien des souffrances un jour m’a dit :
    -Savez-vous quel est ma plus grande joie à la messe ? C’est quand on se donne la paix, c’est le moment de la semaine où l’on me regarde dans les yeux.
    Moment de joie, moment de présence de Dieu, moment où elle n’était plus seule. Car l’une des plus grandes pauvretés ici à combattre, c’est la solitude.
  3. Ma joie de prier le matin dans cette église et ma joie de célébrer les sacrements dans cette église. Car ce sont les moments de présence, d’intimité plus particulière avec Dieu où Dieu nous visite.

– J’aime regarder et prier face ce Christ en gloire et prier pour qu’a ma mort il m’accueille ainsi, les bras tendus vers moi.
– J’aime regarder et prier face cette colombe de paix sur le tabernacle lieu de la présence, qui me rappelle que c’est uniquement par son Esprit Saint, symbolisé par cette colombe, que tout est transformé pour sa gloire. Le pain et le vin en Corps et Sang du Xt, et surtout moi-même et chacun de nous. Que cet Esprit Saint reçu au baptême j’ai à l’accueillir bien sûr mais surtout à le libérer – comme nous y exhorte le pape François – à le partager parce que le monde en a tant besoin ! On peut avoir naturellement tendance à le garder pour soi, pour sa propre sanctification plutôt que le partager.

Oui croire en lui, être avec Lui, travailler pour Lui fait toute ma joie. Je ne regrette rien. Même pas qu’il m’est appelé bien tard après des études et un travail dans le marketing. Dieu ne gaspille rien, il s’est servi aussi de ma formation et de mon expérience professionnelle pour être à plein temps au service de son Eglise.
Oui Jean-Baptiste est vraiment l’homme de la joie, cette joie qui nous vient de la présence de Dieu, toute tristesse nous vient quand nous sommes loin de Lui comme séparés de Lui, c’est sans doute pour cela que Jean-Baptiste nous exhorte à la conversion pour retrouver Dieu, pour retrouver la joie

II LA PRIERE

Jean-Baptiste est le prophète, l’homme de prière par excellence. C’est la caractéristique du prophète qui écoute Dieu.
S’il a pu attirer autant les foules – mais pas en les flattant ou les félicitant – mais en leur proposant simplement de se convertir, c’est-à-dire de changer radicalement de vie, c’est uniquement parce qu’il était un homme de prière. C’est vraiment Dieu qui habitait en Lui et qui parlait à travers lui.
Il est parti au désert parce qu’assoiffé de Dieu et sa parole est vraiment celle du Prophète qui parle à la place de Dieu.
Sa parole est vigoureuse, parfois tranchante : Engeance de vipères qui vous a appris à fuir la colère de Dieu ! Produisez des fruits qui confirment votre changement d’attitude. Il agit en homme résolument libre sans cherchez à plaire – et il le payera de sa vie -, mais sa parole touche parce qu’il vit ce qu’il prêche, et qu’il prêche ce qu’il vit.
Quand vous pensez à Jean-Baptiste, quelle est la parole qui vous touche, vous rejoint peut-être ? Pour moi c’est :

Moi je vous baptise dans l’eau,
mais Lui vous baptisera dans le Saint Esprit et le feu.

Qu’est-ce que cela veut dire ?

Cela me renvoie à mes 22 ans quand j’ai rencontré plus personnellement Jésus. Je lui ai donné ma vie en lui demandant d’être renouvelé complètement dans le St Esprit. Et depuis j’essaie de le suivre. Mais 34 ans après, qu’ai-je fait du St Esprit ? Est-ce qu’il habite encore en moi ?
St Séraphin de Saroph disait : Le but de la vie chrétienne est l’acquisition du St Esprit. Mais ce Saint Esprit est comme un feu fragile, si je ne l’entretiens pas, il risque de s’éteindre. Que faire pour l’entretenir ? Que faire pour être des Jean-Baptiste, des hommes et des femmes de prière, des hommes et des femmes de feu ?

En guise de conclusion

Je crois que l’une des meilleures façons d’entretenir ce feu, c’est de vivre les 5 essentiels ou les 5 vitamines dont je vous ai parlé il y a exactement un an. Pardonnez-moi d’en reparler, mais cela fait toujours du bien de les réentendre. Car c’est exactement ce qu’a vécu Jean-Baptiste.
Rappelons ces 5 essentiels,  vitamines ou piliers de la foi.

– 1er essentiel : Vitamine A comme ADORATION. C’est la vie de prière, la relation à Dieu.( BLEU)
– 2ème essentiel : Vitamine B comme Bonnes relations, vie fraternelle, relation aux hommes mes frères (VERT)
– 3ème essentiel : Vitamine C Comme Configurer au Christ, Formation, comprendre sa foi, articuler Foi et raison (ROUGE)
– 4ème essentiel : Vitamine D comme Donner, se Donner aux autres, servir son frère, partager (ORANGE)
– 5ème essentiel : Vitamine E comme Evangéliser (JAUNE)

L’an dernier une écharpe d’une couleur, cette année ce sont des bracelets (comme des alliances) des 5 couleurs que vous recevrez. L’an dernier une personne en recevant une écharpe rouge est allé suivre la formation Bâtir sur le Roc du diocèse. Cela été très important pour certains, cela peut l’être aussi pour vous si vous vivez cette démarche comme une façon de Dieu de vous parler, de vous dire : prie plus, vit la fraternité, forme toi, sert tes frères ou évangélise davantage.

Père Bertrand Fayolle